Avertir le modérateur

seuil

  • Tout homme est une nuit...

    Quatre ou cinq ruelles, une grande rue mélancolique, une place flanquée d'une petite église, en face d'elle la Mairie. Le Café des sports n'est pas loin : les hommes s'y retrouvent chaque jour que Dieu fait, pour échapper un moment au foyer conjugal sans doute, mais surtout pour trinquer à la vie comme elle va. Bref, un joli petit village comme il y en a tant dans cette France du Sud-Ouest et d'ailleurs. Mais ce type qui vient de s'installer chez les Simon, d'où vient-il ? Et cette histoire de cancer, de repos nécessaire loin de la ville, qu'est-ce qui nous prouve qu'elle est vraie ?

    Chasser l'intrus. Qu'il soit andalous, arabe, ou débarqué de Zanzibar, chassons l'intrus. Qu'il est été élevé dans la banlieue est de Paris et que cette réussite sociale qu'il porte sur son visage soit la sienne, peu importe, il faut se débarrasser du fauteur de trouble, terroriste en puissance.

    Au Café des sports, on prépare la revanche.

    Un roman riche, subtil, politique, très grand public qui séduira les lecteurs de « Pas pleurer ».

     

    Ce dernier ouvrage de Lydie Salvayre est publié aux éditions Seuil.

     

    Communiqué de presse de l'éditeur.

  • La grande adaptation...

    Nous sommes entrés dans l'ère de la grande adaptation.

    Dès les années 1970, certains plaidaient déjà pour une « adaptation » des sociètés au changements climatiques plutôt que pour de couteuses réductions d'émissions de gaz à effet de serre. Aujourd'hui, derrière la façade des sommets environnementaux, la réalité est celle d'un climat et d'écosystèmes qui se dérèglent, préparant une régression des conditions d'habitation humaine sur la Terre.

    Sociètés, territoires, individus sont désormais sommés de « s'adapter » à ces transformations inexorables. L'auteur nous fait comprendre comment, au lieu de contribuer à la solidarité et à la sécurité sociale et de résister aux conséquences de ces changements, le capitalisme utilise le choc climatique pour étendre le pouvoir du marché au nom de l'adaptation.

    La catastrophe : un nouveau business ?

     

    L'auteur Romain Felli enseigne à l'institut des sciences de l'environnement de l'université de Genève. Géographe et politiste, ses travaux portent sur l'histoire de idées politiques et la gouvernance globale de l'environnement.

    Son livre est publié par les éditions Seuil.

     

    Communiqué de presse de l'éditeur.

     

  • L'agent Jacques Duclos...

     

     

     

    J'étais petit, lui aussi d'ailleurs, lorsque que Jacques Duclos, ponte du PCF, vint porter la bonne parole dans notre ville. Si petit que le camarade menuisier dut improviser de toute urgence une estrade, histoire de lui permettre d'atteindre le haut du pupitre d'où il put de sa voix rocailleuse de stentor pyrénéen éructer contre nos ennemis de classe, la droite gaulliste bien sûr mais aussi les socio-traites et surtout les radicaux cassoulets, tous ces gougnafiers qui deviendraient sous peu nos alliés objectifs... Nous, jeunes communistes inféodés et braillards, faisions la claque, une de nos attributions militantes préférées avec le collage d'affiches et la vente de l'Huma-dimanche à la sortie des églises... Nos humbles missions ne nous permettaient bien sûr aucun accès au sein des seins et les infos auxquelles nous avions droit transitaient par la presse partisane, de toute façon, qui critiquait le parti ne pouvait être que vil facho ou suppôt de l'Amérique...

    Il a fallu mon exclusion pour « déviationnisme pro-chinois », le mois de Mai 68 et ma rencontre avec le mouvement libertaire pour que je réalise à quel point nous avions été manipulés. La prise de conscience fut longue et douloureuse lorsque nous apprenions chaque jour un peu plus les compromissions, les acceptations coupables, les trahisons à l'idéal ouvrier. Aujourd'hui encore on découvre, -et en ce sens le livre fort documenté de Frédéric Charpier publié au Seuil, contribue à éclaircir le mystérieux fonctionnement du parti au 70000 fusillés, dont nombre d'entre eux furent des sacrifiés-, l'ampleur de l'escroquerie. Nous ne savions rien du fonctionnement occulte de l'appareil, comme ne savent rien aujourd'hui les égaré(e)s qui s'abandonnent aux nouvelles officines populistes. Si seulement l'Histoire pouvait éviter au prolétaires de sombrer dans les mêmes pièges, nous nous sentirions moins coupables de notre aveuglement sectaire...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « L'agent Jacques Duclos / Histoire de l'appareil secret du P.C.F. 1920-1975» de Frédéric Charpier aux éditions du Seuil.

     

  • Sivens le barrage de trop...

     

     

     

     

     

    Le combat pour la sauvegarde de la zone humide du Testet et contre l'édification du barrage sur le Tescou n'est toujours pas terminé mais un livre qui relate la lutte des opposants vient déjà de sortir. Il est l'oeuvre de Grégoire Souchay et Marc Laimé et publié conjointement par les éditions Seuil et le quotidien écologiste du web : Reporterre. Pour avoir suivi l'affaire directement et par l'intermédiaire d'amis engagés localement, je juge cet ouvrage assez objectif et précis dans l'évocation des événements tragiques qui se sont déroulés et fort intéressant en ce qui concerne l'analyse des comportements des différents acteurs. Le rappel de la genèse d'un projet contestable et une étude sur le caractère néfaste du productivisme agricole défendu des « syndicalistes » n'hésitant pas à se muer en nervis ainsi que des propositions alternatives sur la problématique de l'eau font de cet ouvrage un outil à haute teneur pédagogique. Espérons, qu'avant qu'il ne soit trop tard, sa parution contribue à ouvrir les yeux, et les coeurs de nos contemporains...

     

     

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

     

     

    « Sivens le barrage de trop » de Grégoire Souchay et Marc Laimé préfacé par Hervé Kempf aux éditions du Seuil en partenariat avec Reporterre.

     

  • Aimons-nous les uns les autres...

     

     

     

     

     

    En 1971, la Commune de Paris, la révolution la plus généreuse que la Terre ait portée, embrase les cœurs et les rues. « J'avais beau me souvenir que notre Commune voulait refaire le monde sous le feu de deux armées, celle des Prussiens et celle de Foutriquet installée à Versailles, j'avais beau me dire chaque jour que la Commune était foutue d'avance, eh bien elle avançait. »

     

    Catherine Clément raconte avec fièvre ces mois d'espoirs et de rêves, jusqu'à la fameuse « Semaine sanglante ». Son roman convoque des figures historiques devenues légendaires (Louise Michel, Delescluse, Garibaldi, Hugo, Marx, Clemenceau) mais aussi d'inoubliables anonymes, qui réinventèrent le récit de ces jours tragiques et glorieux. Un couple anime l'histoire : le tout juste nommé ministre du Travail, Léo Frankel, un juif hongrois, et la sublime Elisabeth Dmitrieff, jeune russe ascétique et flamboyante, envoyée par Marx au cœur de la tourmente.

     

    Savoureux, haletant, d'une intraitable liberté de ton, ce roman donne à voir une Commune enfin démythifiée, plus proche de nous qu'elle le fut jamais.

     

     

     

    L'auteure Catherine Clément ouvrage édité au Seuil.

     

     

     

    Communiqué de presse de l'éditeur.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu