Avertir le modérateur

pieds noirs

  • Psychanalyse d'une déchirure...

     

     

    D'abord il y eut le crime d'Etat, la forfaiture. L'invasion de l'Algérie en 1830 ne répondit pas à un outrageant coup d'éventail porté par le dey sur le consul Duval, mais à la volonté de Charles X en déclin, de s'emparer du trésor de la régence. Puis ses successeurs, qui profitèrent de l'aubaine, réalisèrent que ce territoire pourrait bien aussi « accueillir » quelques éléments dont la France ne verrait aucun mal à se départir. Révolutionnaires menaçants, aventuriers, délinquants invités au rachat, paysans misérables et surnuméraires débarquèrent sur une terre inconnue et chacun à sa façon essaya d'y bâtir sa nouvelle vie. Sueur, sang et larmes nourrirent le quotidien de ceux qui résistèrent au découragement, aux moustiques et aux maladies. L'Etat français ne facilita guère leur installation et encore moins leurs relations avec les autochtones musulmans sur lesquels pourtant il s'était appuyé pour chasser les Turcs. Alors que l'armée et les marchands bénéficiaient des largesses du pouvoir, le petit peuple des colons devait comme tout bon prolétaire, se contenter de promesses.

    Au fil du temps et aux prix d'efforts colossaux, la population européenne fit sa place dans les villes et les campagnes. Comme dans toute société humaine, elle engendra le meilleur et le pire. On ne peut pas occulter qu'il s'y commit des actes odieux, comme on n'a pas le droit de prétendre que tous les Pieds-Noirs furent des esclavagistes. Comme partout ailleurs l'exploitation fut affaire de classes et les profiteurs de tous bords jouèrent ici aussi la carte du diviser pour régner.

    Puis survint la guerre et ses horreurs. Les tenants du pouvoir en place et ceux qui ne pensaient qu'à les remplacer, profitèrent en les amplifiant des différences et des vieilles querelles pour amener à une rupture définitive. Les appels à la paix de Camus se perdirent dans le bruit des explosions et ce fut l'exode...

    Influencés par le discours anticolonialiste, ignorants des réalités mais malgré tout curieux nous les avons vu arriver. L'ingénu s'étonnant que personne ne se proposât à porter son cartable, comme paraissait-il « ça se faisait là-bas », le fils du coiffeur s'inventant des combats de rue d'où il sortait toujours vainqueur face à une horde de fellagas, le postier surpris qu'un voisin dans son HLM lui demandât pourquoi sa femme n'était pas voilée et qui ne parlait qu'espagnol en famille, le descendant de communard exilé qui nous régalait de son couscous et nous parlait du respect que les siens apportaient au vieux sage de son village, la copine dont le père, médecin juif paya d'un attentat OAS les soins qu'il donnait aux musulmans de son quartier. Les propos racistes étaient finalement rares et s'adressaient plutôt à ces « culos » de français et au grand Charles. Quelques fonctionnaires n'ayant connu l'Algérie que le temps de parfaire leur carrière et quelques poujadistes n'y ayant jamais mis les pieds étaient beaucoup plus enclins à « ratonner ».

    L'histoire douloureuse de l'Algérie amena à d'autres exils. Les « Pieds-Rouges » renvoyés à leurs chères utopies tandis que l'intelligentsia prenait le chemin des camps suite au coup d'état de 1965. La guerre civile des années 90 et les réfugiés fuyant la barbarie et l'incompétence de leurs dirigeants. Est-ce du fait de ces événements sanglants, de cette nouvelle guerre, il semble que la parole se soit tout à coup libérée. Certains anciens appelés, témoins et parfois acteurs d'exactions, décidèrent de soutenir des projets humanitaires et retournèrent sur les lieux des combats partageant d'intenses moments d'émotions avec d'anciens ennemis, revivant main dans la main et les larmes aux yeux des scènes de combat avec des mots du genre : « On vous voyait de là-haut quand vous suiviez l'oued avec ta section. On aurait pu tirer. On a décidé qu'on ne le ferait pas... ». Des rapatriés, dépassant leurs angoisses et malgré les avertissements des timorés leur prévoyant les pires catastrophes, franchirent la mer pour renouer avec leur passé et vivre aussi d'émouvantes retrouvailles.

    Puis, répondant aux pressantes invitations de quelques amis algériens, ce fut mon tour de me rendre en Oranie. N'étant ni Pied-Noir, ni ancien soldat, débarrassé au mieux des préjugés de ma jeunesse, je cherchais seulement à savoir, à comprendre la souffrance des exilés, ceux de 62 comme les plus récents. J'ai flâné sous les arcades de la rue d'Arzew, découvert les fermes du Tessala et les anciennes caves à vin, goutté aux clémentines de Misserghine et aux cerises de Tlemcen, visité les vieux quartiers, apprécié la chaleur de l'accueil et imaginé ce pouvait être leur « nostalgérie ».

     

    Le docteur Denis Kremer héritier d'une longue lignée de Pieds-Noirs vient de sortir aux Editions de l'Onde, « Psychanalyse d'une déchirure. La nostalgérie. Pourquoi les Pieds-Noirs ne peuvent-ils faire le deuil de « leur Algérie » ? » Un ouvrage qui pour moi qui ne suis pas Pied-Noir et encore moins psychanalyste, m'a inspiré ces quelques lignes. Je ne m'inscris pas dans l'hypocrisie de la « repentance » des politiques pacifistes et néanmoins marchands d'armes, mais davantage dans la réparation des erreurs et des crimes commis des deux cotés. Je crois à la fraternité entre les individus et si comme je le pense la psychanalyse peut contribuer à la réconciliation, qu'elle soit la bienvenue...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso Montauban                                                                                  22/09/18

     

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu