Avertir le modérateur

lydie salvayre

  • Tout homme est une nuit...

    Quatre ou cinq ruelles, une grande rue mélancolique, une place flanquée d'une petite église, en face d'elle la Mairie. Le Café des sports n'est pas loin : les hommes s'y retrouvent chaque jour que Dieu fait, pour échapper un moment au foyer conjugal sans doute, mais surtout pour trinquer à la vie comme elle va. Bref, un joli petit village comme il y en a tant dans cette France du Sud-Ouest et d'ailleurs. Mais ce type qui vient de s'installer chez les Simon, d'où vient-il ? Et cette histoire de cancer, de repos nécessaire loin de la ville, qu'est-ce qui nous prouve qu'elle est vraie ?

    Chasser l'intrus. Qu'il soit andalous, arabe, ou débarqué de Zanzibar, chassons l'intrus. Qu'il est été élevé dans la banlieue est de Paris et que cette réussite sociale qu'il porte sur son visage soit la sienne, peu importe, il faut se débarrasser du fauteur de trouble, terroriste en puissance.

    Au Café des sports, on prépare la revanche.

    Un roman riche, subtil, politique, très grand public qui séduira les lecteurs de « Pas pleurer ».

     

    Ce dernier ouvrage de Lydie Salvayre est publié aux éditions Seuil.

     

    Communiqué de presse de l'éditeur.

  • Pas pleurer...

     

     

     

     

     

    Habituellement ce n'est pas l'attribution d'un prix littéraire qui guide mes choix de lecture. Pourtant, cette fois-ci j'ai transgressé la règle, celle qui me fait d'ordinaire boycotter un produit vanté par la publicité, et je ne le regrette pas. Le dernier livre de Lydie Salvayre publié au Seuil et qui vient d'obtenir le Goncourt me parle nostalgiquement. Son style agrémenté de termes hispano-français me remémore les échanges pleins d'accent et de barbarismes avec mes vieux copains anars ibériques et qui contribuèrent à former nos consciences politiques, les longues nuits où, autour d'un petit verre d'anis del mono, ou d'un café pour les plus puritains, nous refaisions ensemble la bataille de l'Ebre. Au travers des souvenirs de sa mère, une « mauvaise pauvre » et de nombreuses références à l'oeuvre de Georges Bernanos, l'écrivain catho révolté par la sauvagerie nationaliste absoute par l'église, la narratrice nous entraine au milieu de la révolution libertaire qui fut certainement la plus avancée de l'histoire du mouvement ouvrier. Aujourd'hui où le désespoir des peuples les pousse vers les démons du nationalisme, rappeler, même d'une façon légère les violences que ce sentiment désastreux à pu produire, s'avère d'une nécessite absolue...

     

     

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

     

     

    « Pas Pleurer » de Lydie Salvayre publié au Seuil, prix Goncourt 2014.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu