Avertir le modérateur

la découverte

  • Une vie debout...

     

     

    Cette vie debout c'est celle de Mohammed Harbi, un des derniers acteurs encore en vie de la révolution algérienne qui mena ce pays à son indépendance. Dans le tome 1 de ses mémoires politiques publié aux éditions La Découverte en 2001 et reéditable à la demande, cet enfant d'El Arrouch âgé aujourd'hui de 83 ans mais toujours actif, nous offre une vision critique de ce que fut son implication profonde dans l'organisation de la lutte et les premiers temps de l'Algérie libre. Il nous dévoile aussi le mécanisme pervers et bureaucratique qui conduisit à l'échec le projet émancipateur de l'autogestion. Son positionnement militant et sincère sur la gestion des biens vacants abandonnés par les colons européens se heurtât à la volonté d'appropriation de la nouvelle bourgeoisie et des militaires s'estimant propriétaires du pays. Adversaire du régime de Boumédiène, il connut les camps de déportation, l'assignation à résidence puis l'exil en France suite à son évasion du pays en 1973. Ce quasi-autodidacte a fait depuis son chemin dans le monde universitaire et dans l'écriture, il est un des meilleurs spécialistes de l'histoire de l'Algérie, il n'en demeure pas moins un homme fort sympathique et accessible que nous avons eu récemment le plaisir de rencontrer un soir d'hiver à Cahors. Merci encore à lui pour sa parole, merci aussi à ceux qui lui permettent de la porter. Notre histoire avec l'Algérie ne s'apaisera qu'avec la vérité...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso. Montauban

     

    « Une vie debout. Mémoires politiques 1945-1962 » de Mohammed Harbi aux éditions La Découverte.

     

  • Nostalgérie...

     

     

    Pour des centaines de milliers d'européens qui ont naguère vécus en Algérie, l'idéalisation du passé s'est transformée en une « nostalgérie », beau mot chargé de mélancolie. Mais le drame commence lorsqu'on constate qu'une seule famille politique française, celle des anciens de l'OAS, et de leurs héritiers, l'a malhonnêtement et durablement instrumentalisé. Non contents d'avoir mené toute une communauté à l'impasse puis à l'exil, les « ultras » de l'Algérie française ont tenté depuis d'accaparer sa mémoire. Et ils y sont en partie parvenus.

    Ces hommes ont fait le choix, à partir de février 61, d'enclencher en toute connaissance de cause, une incroyable spirale de violence terroriste, en Algérie comme en France. Alain Ruscio propose dans ce livre un récit synthétique des racines et de l'histoire de ce tragique épisode, ainsi que de ses séquelles contemporaines. Mobilisant un impressionnant corpus documentaire -dont beaucoup de Mémoires d'anciens de l'OAS- l'auteur retrace la dérive de ces officiers à l'idéal politique dévoyé, militants fascisants ou petits malfrats transformés en assassins, qui ont eu l'incroyable prétention de « bloquer l'histoire », comme l'avait écrit Pierre Nora en 1961. Enfin, Alain Ruscio explique comment et pourquoi la mémoire brûlante de ces années de folie meurtrière travaille toujours, de façon souterraine, la société française.

    Ce livre est une précieuse réponse à l'un des derniers négationnisme que véhicule encore une certaine histoire coloniale « à la française ».

     

    L'auteur, Alain Ruscio est docteur en Histoire. Il a consacré l'essentiel de ses travaux à l'histoire coloniale. Ce livre est publié par les éditions La Découverte.

     

    Communiqué de presse de l'éditeur.

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu