Avertir le modérateur

antimilitarisme

  • Contingent rebelle...

    Contingent rebelle...

     

    Ce livre nous parle d'un temps que les moins de vingt ans (et même plus) ne peuvent pas connaître, celui du service national obligatoire pour tous les jeunes mâles, période heureuse et insouciante sensée marquer le passage de leur adolescence à l'âge adulte et qui devait faire d'eux de bons citoyens, travailleurs, loyaux et responsables. Ça c'était la théorie, la pratique était souvent différente. Patrick Schindler dans un livre publié aux éditions L'Echapée nous donne la version de ce que fut pour lui cette aventure.

    Militant de la Fédération Anarchiste et du Front Homosexuel d'Action Révolutionnaire (FHAR), il se retrouve incorporé en 1974 dans l'armée de l'air après avoir signé le célèbre « appel des cents », manifeste réclamant des conditions de vie dignes pour les appelés, des libertés, la fin de la conscription. Son ouvrage, écrit sous forme de journal évoque le quotidien du bidasse dont la principale occupation est de tirer au cul et de pousser l'autorité militaire vers l'apoplexie, il laisse aussi une large part à l'explication de ce que furent les mouvements de soldats de l'après 68, leur impact dans la société, la répression, mais aussi les acquits de haute lutte qui amenèrent au choix politique vers l'armée de métier.

    Pour ceux qui connurent cette contrainte douloureuse, furent confrontés à l'absurdité d'un commandement de droit quasi divin, y découvrirent la paresse, la débrouille, la mauvaise bière, la masturbation collective, l'alcool et la fumette, la crasse et l'ennui, et qui en sortirent malgré tout entiers et dignes, ce livre les aidera peut-être à évacuer la haine contre cette institution mortifère.

    Pour ceux qui y échappèrent (un regrettable mais bienvenu accident de voiture m'a permis de ne passer que quelques jours de ma vie dans une caserne toulonnaise semblable à celle décrite dans le livre, semblable à toutes d'ailleurs) et qui furent des acteurs antimilitaristes du soutien aux objecteurs, insoumis et déserteurs, ils ne bouderons pas leur plaisir et auront la nostalgie d'une époque ou la révolte était la norme, où les organisations et les militants n'hésitaient pas à payer de leur personne.

    Il paraît qu'aujourd'hui dans ces orgas et parmi ces militants, certains réclament un retour à un service obligatoire qui selon eux, redonnerait du sens et du contenu au vide existentiel de notre jeunesse. Peut-être que la bite au cirage... leur remettrait les idées en place...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « Contigent rebelle, récit d'un réfractaire au service militaire dans les années 70 » de Patrick Schindler aux éditions L'Echappée.

     

  • La chanson de Craonne...

    Chanson anonyme écrite sur la musique de "Bonsoir m'amour" (Adelmar ou Charles Sablon, le père de Germaine et Jean) à laquelle on doit sans doute le succès de cette valse dont les paroles, aujourd'hui, font presque sourire.

    Son texte recueilli par Paul Vaillant-Couturier (1892-1937), avocat puis journaliste et finalement député, qui, entré dans la guerre avec un certain enthousiasme, en sorti socialiste, revendicateur même mais surtout pacifiste. Sous-officier, en 1914, dans l'infanterie; il termina la guerre capitaine dans les chars d'assaut non sans avoir été blessé, gazé, cité à l'ordre de la Nation mais aussi condamné cinq fois pour son action en faveur de la paix.

    Vivement condamné par les autorités militaires (qui offrirent une petite fortune à celui qui en dénoncerait l'auteur) elle fut connue sous plusieurs noms dont : "Les sacrifiés", "Sur le plateau de Lorette" et "La chanson de Lorette".

    Elle demeure, aujourd'hui la chanson-type de l'antimilitarisme mais elle a été depuis dépassée par plusieurs autres. Il suffit à cet égard de citer  "Quand un soldat" de Francis Lemarque (1953) ou encore le très célèbre "Déserteur" de Boris Vian (1954).


    Paroles

    Quand au bout d'huit jours, le r'pos terminé,
    On va r'prendre les tranchées,
    Notre place est si utile
    Que sans nous on prend la pile.
    Mais c'est bien fini, on en a assez,
    Personn' ne veut plus marcher,
    Et le cœur bien gros, comm' dans un sanglot
    On dit adieu aux civ'lots.
    Même sans tambour, même sans trompette,
    On s'en va là haut en baissant la tête.

    Refrain
    Adieu la vie, adieu l'amour,
    Adieu toutes les femmes.
    C'est bien fini, c'est pour toujours,
    De cette guerre infâme.
    C'est à Craonne, sur le plateau,
    Qu'on doit laisser sa peau
    Car nous sommes tous condamnés
    C'est nous les sacrifiés !

    C'est malheureux d'voir sur les grands boul'vards
    Tous ces gros qui font leur foire ;
    Si pour eux la vie est rose,
    Pour nous c'est pas la mêm' chose.
    Au lieu de s'cacher, tous ces embusqués,
    F'raient mieux d'monter aux tranchées
    Pour défendr' leurs biens, car nous n'avons rien,
    Nous autr's, les pauvr's purotins.
    Tous les camarades sont enterrés là,
    Pour défendr' les biens de ces messieurs-là.

    au Refrain

    Huit jours de tranchées, huit jours de souffrance,
    Pourtant on a l'espérance
    Que ce soir viendra la r'lève
    Que nous attendons sans trêve.
    Soudain, dans la nuit et dans le silence,
    On voit quelqu'un qui s'avance,
    C'est un officier de chasseurs à pied,
    Qui vient pour nous remplacer.
    Doucement dans l'ombre, sous la pluie qui tombe
    Les petits chasseurs vont chercher leurs tombes.

    Refrain
    Ceux qu'ont l'pognon, ceux-là r'viendront,
    Car c'est pour eux qu'on crève.
    Mais c'est fini, car les trouffions
    Vont tous se mettre en grève.
    Ce s'ra votre tour, messieurs les gros,
    De monter sur l'plateau,
    Car si vous voulez la guerre,
    Payez-la de votre peau !

    Extrait du site : "Du temps des cerises aux feuilles mortes"

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu