Avertir le modérateur

; occupation

  • Le vin et la guerre...

     

     

    On savait nos crus prestigieux menacés par le péril jaune et l'avidité des nouveaux riches à s'approprier les grands domaines du Bordelais ou de Bourgogne. On connaissait l'importance de la culture du vin dans notre agriculture. On n'ignorait pas non plus que ce breuvage, qu'il soit piquette ou nectar, avait accompagné nos anciens autant dans les moments heureux que dans les souffrances, qu'elles soient liées à la pénibilité du travail ou aux horreurs de la guerre, mais on mésestimait son importance dans la relation franco-allemande durant l'occupation. Cette lacune est aujourd'hui comblée par la parution d'un livre particulièrement documenté et qui est l'œuvre de Christophe Lucan publié chez Armand Colin.

    Les nazis, connus plutôt comme buveurs de bière, ont pourtant saisi l'importance du « gros qui tâche », tant pour le plaisir de leur palais que pour le profit spéculatif qu'ils pourraient tirer de son commerce. Loin de l'image d'Épinal du bon vigneron patriote offrant sa plus infâme vinasse au soldat allemand qui, comme il doit à son ignorance, la trouve délicieuse, les négociants de l'ensemble du terroir français se sont empressés de profiter de l'aubaine. La collaboration liquide et le marché noir ont produit des fortunes dont jouissent encore quelques héritiers sans scrupules...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « Le vin et la guerre. Comment les nazis ont fait main basse sur le vignoble français » de Christophe Lucan aux éditions Armand-Colin.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu