Avertir le modérateur

Livres - Page 5

  • Ma vie de brigand...

    Carmine Crocco, né dans une famille de petits paysans du Midi de l'Italie, devint entre 1861 et 1864, le « général des brigands » du Mezzogiorno. S'opposant aux forces libérales engagées dans l'unité du pays sans jamais abandonner ses activités de brigandage, il sema le feu et la désolation avant de se constituer prisonnier. Condamné à la perpétuité, il écrivit son autobiographie depuis sa cellule du bagne.

    Ces pages, retraçant selon lui, la voie du crime, dépeignent un homme issu d'une terre déshéritée, porté par une rage et une ambition gigantesque. Tour à tour matois, sincère, séduisant, cynique ou repoussant, Carmine Crocco se livre à l'édification d'un étrange autoportrait, méditatif ou arrogant, pour planter au bout du compte la figure protéiforme d'un homme de peu en quête de grandiose.

    Que le « rezzorgimiento » ait été une oeuvre d'unification ou la conquête du Sud par le Nord, l'Italie vacille encore aujourd'ui au souvenir de ces jours terribles, dont Crocco cristallise toutes les contradictions.

     

    Ce livre a été traduit de l'italien par Laura Brignon, la préface est de Pierre-Yves Manchon et il est publié par les éditions Anarchasis.

     

    Communiqué de presse de l'éditeur.

     

     

     

  • De la fabrication des fantômes...

     

     

     

    Aujourd'hui, il est le roi de la fête. Il a cent ans. Sous ses yeux fatigués s'agite sa descendance. Tous des étrangers. Sauf Lucie, belle, insolente, une lueur de cruauté dans le regard. Elle n'a jamais eu peur de lui. Elle connait pourtant la terreur qu'il inspire, cette histoire d'ogre, de passe-muraille, de chats mangés vifs.

    Mais il faut qu'elle sache. Alors elle le traine sur les lieux du drame, survenu trente-sept ans plus tôt. Ce sera son cadeau d'anniversaire.

    Dans la petite pièce poussièreuse, face au mur couvert de mots épars écrits au crayon gris, les fantômes vont prendre corps.

    Franck Manuel invente peut-être ici un registre littéraire inédit : le terrible magique.

    Livre publié par les éditions Anarchasis.

     

    L'auteur sera ce soir Jeudi 24 novembre à la librairie La Femme renard fg Lacapelle à Montauban où il présentera son livre dans le cadre des Lettres d'automne.

     

    Communiqué de presse de l'éditeur.

     

  • Quel pain voulons-nous ?...

     

     

    Le pain quotidien, gagné à la sueur du front du travailleur, le pain blanc que l'on mange sans forcement l'apprécier, celui dont la symbolique est si prégnante dans nos cultures, ce produit alimentaire basique pourtant si méconnu, Marie Astier journaliste au site en ligne Reporterre nous le fait découvrir au travers d'un parcours éducatif et gastronomique, dans un livre publié aux éditions du Seuil. Elle nous présente les dessous de la fabrication de la baguette, depuis la culture des céréales jusqu'à sa présentation en vitrine, en passant par la meunerie et les divers épisodes de sa réalisation, sans omettre bien sûr de dénoncer les mécanismes de profit souvent juteux pour les gros intermédiaires et industriels de la bouffe standardisée.

    Heureusement il existe encore des boulangers « honnêtes », qui aiment leur métier, et même si parfois leur situation économique n'est pas des plus enviables, il conservent un savoir-faire irremplaçable et … la confiance de leurs clients.

    Heureusement des individus sensibles à la question de l'alimentation saine se mobilisent pour mettre en place, avec des moyens artisanaux réduits, des réseaux qui réunissent de façon autonome des producteurs et des consommateurs, recréent des conditions ancestrales de fabrication, assurent une distribution militante et continuent de proposer un vrai bon pain, cette denrée qui durant l'histoire a tant manqué aux classes défavorisées, et qui pourrait si nous n'y prenons garde nous faire à nouveau cruellement défaut...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « Quel pain voulons-nous ? » de Marie Astier aux éditions du Seuil en partenariat avec Reporterre.

     

  • Eugène Varlin, internationaliste et communard...

     

     

     

    Eugène Varlin est reconnu pour son implication dans la Commune de Paris, il l'est nettement moins pour son action dans le mouvement ouvrier international, dès son plus jeune age et tout au cours de sa courte existence. Grâce au livre de Michel Cordillot publié aux éditions Spartacus, cette lacune est aujourd'hui comblée. Ce jeune révolutionnaire reconnu pour sa probité, sa force de travail et son pragmatisme laisse la trace d'un penseur et d'un organisateur hoirs pair. Ouvrier relieur, il est toujours demeuré fidèle à sa classe sociale et a refusé de se compromettre dans les mécanismes de pouvoir où de nombreux militants du moment ont sombré sans beaucoup de scrupules. Sa fidélité à la cause du peuple insurgé, son refus des compromissions, sa vision d'une unification internationale des classes ouvrières, sa mort à 32 ans fusillé par les valets de la bourgeoisie versaillaise, font sans aucun doute de lui une référence historique pour tous ceux qui croient encore au combat universel du prolétariat. Aujourd'hui pourtant, alors que le populisme le plus abject, le repli identitaire, la peur de l'autre, le rétablissement progressif des frontières, semblent devenir la norme, que reste-t-il de l'oeuvre de Varlin et de ses frères et soeurs de combats de l'A.I.T. ?... Peu de choses certainement, mais ça fait tellement de bien de se rappeler qu'un idéal de justice et de solidarité a existé...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « Eugène Varlin, internationaliste et communard » de Michel Cordillot aux éditions Spartacus.

     

  • Jours tranquilles à Alger...

     

     

     

    L'Algérie est un pays de paradoxes. Un peuple courageux qui fut capable de vaincre une puissance coloniale mieux armée et qui aujourd'hui semble résigné face à un pouvoir chancelant, un pays aux ressources naturelles extraordinaires et qui dépend presque exclusivement des importations étrangères, une population majoritairement jeune dirigée par des vieillards impotents, des sites touristiques de toute beauté que pratiquement personne ne visite, des richesses qui ne profitent qu'à une infime minorité... Quelle malédiction a donc atteint ce malheureux territoire pour qu'il en soit ainsi ? Peut-être le pétrole et sa trop juteuse rente qui encourage spéculation et corruption, qui sait...

    Deux journalistes, rédacteurs du supplément week-end du quotidien « El Watan » Mélanie Matarese et Adlène Meddi, se sont penchés sur la question et au travers d'un livre publié par les éditions Riveneuve reproduisent avec talent et sensibilité leurs chroniques au jour le jour sur l'actualité du pays depuis une dizaine d'années.

    J'aime ce pays que je connais un peu, j'apprécie la chaleur de l'accueil de ses habitants, je sais leurs souffrances face à l'injustice et à l'arbitraire, et malgré les risques de dérives concernant son avenir, j'ai foi dans la clairvoyance et la capacité de réaction du peuple algérien. Issu d'une famille engagée dans le soutien à son indépendance, engagé auprès des victimes de la période noire, je serai toujours aux côtés de mes ami-e-s d'outre Méditerranée...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « Jours tranquilles à Alger » de Mélanie Matarese et Adlène Meddi aux éditions Riveneuve.

    Préface de Kamel Daoud.

     

     

  • Mitterrand entre Cagoule et Francisque...

     

     

     

    Mais qui était vraiment François Mitterrand ? Vingt ans après sa disparition, la question est toujours d'actualité. Son passé glauque dans l'extrême droite d'avant guerre, ses amitiés équivoques avec les ligueurs factieux, son attachement à notre compatriote local René Bousquet, patron de la police de Vichy et à ce titre responsable des rafles et déportations de Juifs, son ralliement à la Résistance via son implication auprès des anciens combattants, ce parcours plus que sinueux qui le conduira à incarner la gauche en 1981 resteront pour longtemps encore une énigme. De nombreux ouvrages lui ont été consacré, c'est aujourd'hui François Gerber qui s'y colle dans un intéressant ouvrage publié par les éditions L'Archipel.

    Entre 1935 et 1945, la vie du  « Machiavel » des temps modernes est décortiquée et analysée minutieusement, et ceux qui auraient encore quelques illusions ne peuvent que se plier aux éléments objectifs développés par l'auteur, et se faire une raison, « Tonton » les a bien roulé...

    Les liens avec les cagoulards, la francisque offerte par Pétain, la métamorphose vers le résistant Morland, puis plus tard le faux attentat de l'Observatoire, l'anéantissement du PCF qui vendit la mémoire de Fernand Iveton contre quatre éphémères portefeuilles ministériels, et bien d'autres manipulations politiques et sacrifices d' amis, devraient mettre en garde l'électeur naïf qui espère encore en un sauveur suprême...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « Mitterrand entre Cagoule et Francisque » de François Gerber aux éditions L'Archipel.

     

  • La Résistance dans le Midi toulousain...

     

     

    Notre région se distingua durant le régime de Vichy et l'occupation tant par des pratiques de collaboration que par d'authentiques actes de résistance. Le vote de nos parlementaires aux pleins pouvoirs à Pétain, l'origine montalbanaise de René Bousquet, responsable de la police et organisateur de déportation, les ralliements massifs à la milice, le lucratif marché noir s'opposèrent à l'accueil généreux des réfugiés et des enfants juifs, aux positionnements (parfois tardifs) des évêques, aux petits gestes quotidiens de solidarité, au sacrifice des héros.

    Le monde résistant fut divers, parfois même antagoniste. Les divergences politiques de l'avant-guerre eurent du mal à se dissoudre dans l'indispensable unité qui permit de vaincre le nazisme et ses alliés.

    La Libération, en 1944, ne pût s'exonérer des conflits entre individus et organisations et une fois passée la période d'exaltation, la course au pouvoir reprit de plus belle laissant aux stèles et monuments le soin de rappeler la souffrance des martyrs.

    Dans un ouvrage de synthèse fort documenté et publié chez Privat, Michel Goubet professeur d'Histoire à Toulouse, aborde au travers des départements de Midi-Pyrénées et d'Aquitaine, cette période à la fois terrible et exaltante, dont les leçons semblent pour nombre d'entre nous oubliées dans un lointain passé, qui pourtant, jour après jour, nous revient au galop...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « la Résistance dans la Midi toulousain » de Michel Goubet aux éditons Privat.

     

  • La guerre d'Espagne vue par un artilleur républicain...

     

     

    Antonio Cordon était cadet dans l'armée espagnole du temps du roi Alphonse XIII. En 1926 il s'oppose à la dictature de Primo de Rivera et se retrouve rayé des cadres. Il ne sera réintégré qu'en 1931 avec l'instauration de la République dont il choisira le camp lors du coup d'état franquiste de juillet 36 et à laquelle il restera fidèle. Son livre traduit et mis en forme par Francis Félicien Arnould spécialiste en biographie et récits historiques, et publié par les éditions Jourdan, retrace son parcours d'officier d'artillerie dans l'armée républicaine ainsi que son rôle dans le gouvernement légal. La précision sur les engagements militaires et la sincérité du témoignage de l'auteur font de ce livre un outil précieux pour la compréhension de la situation complexe du pays et des divers mouvements engagés dans le combat antifasciste. On peut regretter cependant le manque d'intérêt porté à la réalité politique des mondes ouvrier et paysan, de leurs luttes contre les possédants et l'église, des expériences collectives qui firent de la guerre d'Espagne une authentique révolution sociale, et qui effraya tant les dictateurs bruns ou rouges qu'ils mirent chacun de leur coté, toute leur énergie pour l'anéantir...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « La guerre d'Espagne vue par un artilleur républicain » d'Antonio Cordon traduit et adapté par Francis Félicien Arnould et publié aux éditions Jourdan.

  • La torture et l'armée pendant la guerre d'Algérie...

     

     

    Le travail de l'historien ne se limite pas à écouter et transcrire les souvenirs des acteurs ou des témoins d'événements antérieurs, il doit avant tout piocher dans une quantité impressionnante d'archives, puisqu'il doit approcher au plus près de la vérité. Ce travail peut s'avérer souvent harassant, surtout si on se heurte au secret d'état, à la grande muette, au tabou de la guerre d'Algérie... Dans sa thèse rééditée aujourd'hui par les éditions Gallimard, Raphaëlle Branche décrit les difficultés qu'elle a connu pour accéder aux documents et témoignages nécessaires à l'écriture d'un livre le plus documenté et le plus objectif possible sur cette période peu glorieuse et toujours douloureuse de notre histoire récente.

    La pratique de la torture par les militaires français fut connue dès le début du conflit par des écrits qui, bien que censurés, ont circulé dans les sphères politiques et intellectuelles du pays. L'État, pourtant garant de la loi, n'a pas su (ou dans certains cas voulu) voir l'armée outrepasser ses droits et se livrer à des pratiques guestapistes dont pourtant certains de ses cadres furent quelques années auparavant victimes. La tentative de justification par la nécessité du maintien de l'ordre et de l'obtention de renseignements n'a jamais pu justifier la barbarie sadique appliquée par les sinistres DOP et autres officines spécialisées dans la démolition physique et psychique des individus, hommes, femmes, enfants traités avec une rare inhumanité.

    De retour dans leurs foyers, les soldats, notamment les appelés, se sont longtemps terrés dans un mutisme douloureux, considérant qu'ils n'étaient que les exécutants d'ordres venant de la hiérarchie et auxquels il était impossible de s'opposer. Pourtant certains, comme le déserteur Noël Favrelière et à l'exemple du général de Bollardière, refusèrent de cautionner un système aussi dégradant pour la fonction militaire. Internements arbitraires, déplacements de population, incendies de mechtas, tourments psychologiques, « gégène », baignoires, viols, représentent des violences intolérables et des crimes de guerre. Tout ce panel destructeur s'avéra pourtant inutile, puisque le peuple algérien accéda néanmoins à son indépendance. Mais combien de vies détruites d'un côté comme de l'autre, combien de souffrances, de haines persistantes, et ce ne n'est pas l'amnistie/amnésie voulu par les pouvoir successifs qui atténuera les douleurs. Seule l'éclosion de la vérité, la parole libérée, la volonté de réparation comme celle pratiquée par l'Association des Anciens Appelés d'Algérie Contre la Guerre (4ACG),ou autres groupes progressistes pourront cicatriser nos plaies...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « La torture et l'armée pendant la guerre d'Algérie 1954-1962 » de Raphaëlle Branche aux éditions Gallimard collection folio histoire.

  • Jeunesse d'une ouvrière...

     

     

    Qu'il est loin le temps où se prétendre socialiste était chargé de sens, où les convictions politiques s'acquerraient dans la souffrance des rapports de classes, où les représentants des organisations ouvrières étaient d'authentiques prolétaires formés en usines et non des enfants de la bourgeoisie issus de l'E.N.A....

    Adelheid Popp est née a Vienne en 1869. Toute jeune elle a connu la misère, et qui grâce à une farouche envie de s'instruire et un courage exceptionnellement rare chez les ouvrières de son temps victimes du patronat, de l'église et du patriarcat, accéda à une place de dirigeante de la II° Internationale.

    Le récit des combats de sa jeunesse, qu'elle a publié anonymement en 1909, est aujourd'hui réédité par la maison d'édition Les Bons Caractères. Cette brochure, accessible même pour les non initiés, porte témoignage de la dureté d'une époque et du sacrifice des générations dont nous conservons (mais pour combien de temps encore ?) le bénéfice des luttes...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « Jeunesse d'une ouvrière » d'Adelheid Popp publié par Les Bons Caractères collections Témoignages.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu