Avertir le modérateur

Livres

  • S.I.A...

     

     

    Entre juillet 1936, déclenchement de la guerre civile suite au coup d'état franquiste et mars 1939, fin des combats, le peuple espagnol des régions résistantes à l'invasion fit face courageusement grâce à l'organisation de la solidarité, malgré le front qui se rapprochait et les dissensions internes au camp républicain. En 1937, alors que le Secours Rouge International naissait de la volonté du P.C. inféodé à Moscou, les libertaires, notamment la C.N.T. anarcho-syndicaliste, donnaient le jour à Solidarité Internationale Antifasciste (S.I.A.). Cet organisme bénéficia rapidement de l'aide apportée par les anarchistes européens et au-delà, mais aussi de celle de militants de gauche sensibles à la souffrance du peuple espagnol et en particulier des enfants. Ce soutien pris des formes diverses et sont décrites avec précision dans le livre de Valentin Frémonti publié par les Editions d'Alternative libertaire.

    Après leur participation à la Résistance en France et devant l'évidence que la libération de l'Europe s'arrêterait aux Pyrénées, les libertaires perpétuèrent leur action humanitaire auprès des exilés. S.I.A participa à leur intégration dans leur pays d'accueil (aides aux familles, aux malades, organisation de fêtes et de conférences), et continua le soutien aux luttes engagées en Espagne.

    Aujourd'hui, face aux nouveaux enjeux internationaux, avec l'arrivée massive de réfugiés et les difficultés quotidiennes partagées par l'ensemble de la population, la pratique exemplaire de S.I.A. reprend tout son sens et redevient indispensable. A Toulouse et dans sa région, des militants, enfants d'exilés ou compagnons de route, redonnent vie à son projet. Aucun doute que d'autres suivrons...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso..

     

    « S.I.A. une action humanitaire et libertaire dans la guerre d'Espagne » de Valentin Frémonti aux éditions d'Alternative libertaire.

  • Jours tranquilles à Jérusalem...

     

     

    ...mais pas de tout repos pour l'équipe de théatreux qui ont la folie de vouloir y monter la pièce d'Adel Hakim « Des Roses et du Jasmin ». Le dramaturge Mohamed Kacimi se lance dans l'aventure avec des comédiens issus des différents quartiers de la ville en guerre, sur un thème des plus explosifs : la souffrance des victimes de la Schoah et celle des Palestiniens dépossédés de leur terre.

    Malgré les incommensurables difficultés rencontrées liées à la présence militaire et aux contrôles permanents de la population, aux conditions de déplacements, aux clivages idéologiques parmi les acteurs, au découragement justifié, le projet aboutira. Il sera un succès théâtral mais surtout une formidable leçon d'humanité. Un de ces exemples de Fraternité dont nous avons tellement besoin de nos jours...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « Jours tranquilles à Jérusalem » de Mohamed Kacimi préfacé par Adel Hakim chez Riveneuve Editions.

  • L'Espagne sous le régime de Franco...

     

     

    Alors que, de par les événements liés au désir d'indépendance d'une partie des Catalans, certains « analystes » font à mes yeux une trop rapide référence à la dictature que vécut l'Espagne entre 1939 et 1975 et à la répression impitoyable que connut le pays, il n'est pas superflu de revenir sur cette période.

    Le livre de Denis Rodrigues publié par les Presses Universitaires de Rennes étudie par le menu et en plus de 600 pages ce que fut la politique de Franco, du coup d'état de juillet 36 à sa mort en 1975.

    En décrivant avec précision les différentes étapes d'un régime qui, malgré son évidente illégitimité de départ, ses faiblesses institutionnelles et les oppositions internes, n'aurait du perdurer, l'auteur nous explique pourquoi Franco, personnage cruel et sans charisme, put néanmoins se maintenir au pouvoir pendant près de 40 ans.

    Ce livre est précis, documenté, objectif sans être neutre, un vrai livre d'historien...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « L'Espagne sous le régime de Franco » de Denis Rodrigues aux Presses Universitaires de Rennes.

     

  • Le Lot-et-Garonne sous l'occupation...

     

     

    Dans un ouvrage richement illustré de photos et documents d'époque et publié par les éditions La Geste, l'historien Dominique Lormier nous retrace la longue nuit vécue par nos voisins du Lot et Garonne sous la botte nazie et la collaboration. De l'implication des régiments locaux dans la « drôle de guerre » jusqu'aux derniers combats de la Pointe de Grave et la poursuite de troupes allemandes, en passant par l'organisation de la Résistance et ses divers engagements, ce livre apporte un éclairage supplémentaire sur l'histoire de notre région et contribue à l'indispensable réflexion sur le pourquoi et le comment refuser de se plier aux inacceptables injonctions.

    Le devoir d'insoumission se paie souvent très cher chez ceux qui le pratiquent, il est pourtant indispensable pour rendre à l'être humain sa dignité. On ne le rappellera jamais assez...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « Le Lot-et-Garonne sous l'occupation » de Dominique Lormier aux éditions La Geste.

  • Tout homme est une nuit...

    Quatre ou cinq ruelles, une grande rue mélancolique, une place flanquée d'une petite église, en face d'elle la Mairie. Le Café des sports n'est pas loin : les hommes s'y retrouvent chaque jour que Dieu fait, pour échapper un moment au foyer conjugal sans doute, mais surtout pour trinquer à la vie comme elle va. Bref, un joli petit village comme il y en a tant dans cette France du Sud-Ouest et d'ailleurs. Mais ce type qui vient de s'installer chez les Simon, d'où vient-il ? Et cette histoire de cancer, de repos nécessaire loin de la ville, qu'est-ce qui nous prouve qu'elle est vraie ?

    Chasser l'intrus. Qu'il soit andalous, arabe, ou débarqué de Zanzibar, chassons l'intrus. Qu'il est été élevé dans la banlieue est de Paris et que cette réussite sociale qu'il porte sur son visage soit la sienne, peu importe, il faut se débarrasser du fauteur de trouble, terroriste en puissance.

    Au Café des sports, on prépare la revanche.

    Un roman riche, subtil, politique, très grand public qui séduira les lecteurs de « Pas pleurer ».

     

    Ce dernier ouvrage de Lydie Salvayre est publié aux éditions Seuil.

     

    Communiqué de presse de l'éditeur.

  • Les 100 000 collabos...

     

     

    Dans son dernier livre édité au Cherche Midi, l'historien Dominique Lormier raconte l'histoire du fichier de la collaboration française durant Vichy et l'occupation : deux énormes volumes contenant les noms de 96492 individus présumés avoir entretenu des relations diverses avec les Allemands, établis par le colonel Paillote, chef du contre-espionnage de l'époque, et qui avaient mystérieusement disparu à la Libération. Ces dossiers ont refait surface en 1997, lors du procès Papon, pour à nouveau s'éclipser jusqu'à leur déclassement en 2015, et enfin accessibles aux chercheurs.

    Cet ouvrage ne dévoile pas l'identité de l'ensemble des gens concernés, cela ne serait pas d'une grande utilité vu que la grande majorité a disparu, il se consacre à l'évocation des figures marquantes de la collaboration et de ses diverses formes. Il n'en est pas moins très instructif surtout par la description de l'évolution de certains spécimens de politiciens ayant réussi le grand écart sans en éprouver la moindre gêne. Cette élasticité idéologique ne semble pas hélas s'être éteinte avec le siècle passé...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « Les 100 000 collabos / Le fichier interdit de la collaboration française » de Dominique Lormier aux éditions Cherche-Midi.

  • Vie d'une Pied-noir avec un Indigène...

     

     

    Dans un seul ouvrage, deux vies nous sont contées. Celle de Gisèle Nottelet qui connut une jeunesse active parmi ces Pieds-noirs prolétaires qui peuplaient l'Algérie coloniale et servaient de classe intermédiaire entre les gros colons et les « indigènes » tenus comme quantité négligeable, et celle de Gisèle Nottelet à la toute fin de son parcours, aux prises avec une bureaucratie médicale impitoyable qui lui refusa le droit de mourir dans la dignité.

    Comment faire le deuil d'une mère partie dans une souffrance inutile ? Se battre bien sûr contre ceux qui en sont responsables, mais aussi rappeler qui fut cette femme : institutrice émérite, compagne de Salah-Henri Ould Aoudia assassiné par les commandos delta de l'OAS quelques jours avant le cessez-le-feu et qu'elle épousa contre le gré de sa famille, militante pour la justice et la fraternité incarnées un peu trop tard hélas par les Centres Sociaux et qui auraient pu épargner à ce pays les malheurs d'une guerre.

    Ce livre, instructif et émouvant, écrit par Jean-Philippe Nottelet-Ould Aoudia, est publié par les éditions Tirésias-Michel Reynaud.

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

  • Français d'Algérie et Algériens avant 1962...

     

     

    Roger Vétillard est originaire de Sétif dans le Constantinois, une région d'Algérie qui n'a pas été épargnée par les « événements » (qu'on n'osait pas nommer guerre), dès 1945 jusqu'à l'indépendance. C'est dire si les relations entre les diverses communautés n'ont pas toujours été faciles. Néanmoins, l'auteur dans un livre publié par les éditions Hémisphères, au travers de témoignages souvent émouvants éclaire sur la véritable nature des rapports entre Algériens d'origines différentes. Ce travail d'historien replace les choses et revient sur de nombreux poncifs.

    Du côté français autant que du côté algérien, (du côté des Etats et de ceux qui avaient intérêt à ce qu'il en soit ainsi, bien sûr) on a souvent simplifié la situation : les bons contre les méchants ! La réalité est toute autre car les hommes et les femmes qui ont partagé ces moments d'histoire étaient des êtres humains avec leur complexité, pris dans des mécanismes de pouvoir sur lesquels ils n'avaient aucune prise et dont ils furent et sont encore tous victimes. Les atrocités comme les actes de solidarité ont composé le quotidien de la population dans son ensemble, il est bon de le rappeler, de le marteler, pour qu'enfin on en finisse avec les discours péremptoires de dinosaures corrompus et les rodomontades de nostalgiques fascisants...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « Français d'Algérie et Algériens avant 1962 – Témoignages croisés » de Roger Vétillard en collaboration avec Nicole Lenzini aux éditions Hémisphères.

  • Le vin et la guerre...

     

     

    On savait nos crus prestigieux menacés par le péril jaune et l'avidité des nouveaux riches à s'approprier les grands domaines du Bordelais ou de Bourgogne. On connaissait l'importance de la culture du vin dans notre agriculture. On n'ignorait pas non plus que ce breuvage, qu'il soit piquette ou nectar, avait accompagné nos anciens autant dans les moments heureux que dans les souffrances, qu'elles soient liées à la pénibilité du travail ou aux horreurs de la guerre, mais on mésestimait son importance dans la relation franco-allemande durant l'occupation. Cette lacune est aujourd'hui comblée par la parution d'un livre particulièrement documenté et qui est l'œuvre de Christophe Lucan publié chez Armand Colin.

    Les nazis, connus plutôt comme buveurs de bière, ont pourtant saisi l'importance du « gros qui tâche », tant pour le plaisir de leur palais que pour le profit spéculatif qu'ils pourraient tirer de son commerce. Loin de l'image d'Épinal du bon vigneron patriote offrant sa plus infâme vinasse au soldat allemand qui, comme il doit à son ignorance, la trouve délicieuse, les négociants de l'ensemble du terroir français se sont empressés de profiter de l'aubaine. La collaboration liquide et le marché noir ont produit des fortunes dont jouissent encore quelques héritiers sans scrupules...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « Le vin et la guerre. Comment les nazis ont fait main basse sur le vignoble français » de Christophe Lucan aux éditions Armand-Colin.

     

  • Naissance et consolidation de la république bourgeoise en France...

    En remettant en cause le pouvoir de la noblesse, les révolutionnaires de 1789 affirmaient l'ambition de la bourgeoisie de prendre en main le pouvoir politique et de transformer la société à son image.

    La société qui émergea correspondait aux besoins de la bourgeoisie. Pourtant, le régime politique républicain mit quasiment un siècle à se constituer et à se stabiliser. D'où vinrent ses difficultés ? Quels furent les obstacles qui expliquent le retour de la monarchie et le retour de deux empires ? Quel rôle jouèrent les révolutions qui jalonnent cette période, de la Révolution de 1789 à la Commune de Paris, en passant par celles de 1830 et 1848 ?

    L'ouvrage cherche à répondre à ces questions en s'intéressant aux conflits qui opposèrent, durant tout le XIXème siècle, les partisans de la république bourgeoise à ses opposants monarchistes. Mais également, comment la république, sous sa forme démocratique, fut capable de gérer au mieux les affaires de la bourgeoisie en contenant la classe ouvrière naissante.

     

    « Naissance et consolidation de la république bourgeoise naissante en France (1789-1914) »

    de Nadia Cantale et Valérie Touret aux éditions « Les Bons Caractères » collection Eclairages.

     

    Communiqué de presse de l'éditeur.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu