Avertir le modérateur

  • Algérie 1954 - 1965...

     

     

    C'est entre autres par les écrits de Daniel Guérin que les gens de ma génération soixante-huitarde ont découvert l'anarchisme autrement qu'à travers les poncifs scolaires et les contre vérités propagées par les tenants de l'autoritarisme prétendument révolutionnaire. Ce militant impliqué dans toutes les causes émancipatrices du 20 éme siècle fut aussi un ardent anticolonialiste et son combat pour l'indépendance algérienne est aujourd'hui décrit dans un ouvrage réédité par les Amis de Spartacus et préfacé par Mohammed Harbi qui fut son compagnon de lutte. Lucide et visionnaire, Guerin nous rend compte des événements, les analyse au travers du prisme libertaire et annonce les dérives bureaucratiques qui secoueront l'Algérie jusqu'à nos jours. A lire et à méditer sans modération...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « Algérie 1954 – 1965 / Un combat anticolonialiste » de Daniel Guérin aux Amis de Spartacus

  • Une terrasse en Algérie...

     

     

    L'anisette était fraîche à la terrasse de l'Excelsior de Philippeville à la fin des années 50. Les européens s'y retrouvaient pour oublier la guerre si proche et faire comme si...

    Jean-Louis Comolli est un de ces jeunes descendants de colons, insouciant comme on l'est à quinze ans, plus tenté par la baignade à Stora et les filles que par le drame qui se jouait dans sa ville. Après une carrière dans le cinéma, et face à la maladie de son épouse qui altère sa mémoire, il se penche dans ses souvenirs et les réunit dans un livre publié par les éditions Verdier.

    Comme pour de nombreux acteurs de cette tragédie : pieds-noirs, soldats du contingent ou militants indépendantistes, il aura fallu plus de cinquante ans pour que les douleurs s'apaisent et que la Raison se substitue peu à peu à l'hystérie que provoqua ce conflit fratricide.

    Malgré les appels de Camus, la volonté des libéraux, l'engagement de Jacques de Bollardière et de quelques militaires fidèles aux valeurs humanistes, les manifestations pacifistes et les soutiens aux légitimes revendications des populations colonisées, il était trop tard. L'histoire avait débuté en 1830 dans la violence des enfumades, s'était perpétuée par les crises de 1945 et 55, finissait dans la barbarie. Les leçons n'avaient été retenues, pourtant le Monde avait changé...

    Le temps de l'Algérie française est définitivement révolu et, n'en déplaise à une pincée de nostalgériques, c'est tant mieux. La libération de la parole des acteurs de l'époque, l'honnêteté de leurs témoignages, ne peuvent être que bénéfiques pour les relations humaines entre les deux rives de la Méditerranée et exemplaires pour les générations futures...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « Une terrasse en Algérie » de Jean-Louis Comolli aux éditions Verdier

  • Je voulais leur dire mon amour...

     

     

    Jean-Noël Pancrazi est né en Algérie. Il a quitté son pays natal dans la tourmente de l'exil en 1962. Depuis il s'était refusé à y retourner, jusqu'à aujourd'hui où une opportunité lui est offerte d'être membre du jury dans le cadre du festival de cinéma d'Annaba,

    Malgré ses appréhensions, la manifestation culturelle se déroule dans un climat serein et des contacts se nouent, des amitiés se créent. L'occasion est trop belle pour ne pas pousser l'aventure jusqu'à retourner dans sa ville natale plus au sud, y rechercher quelques souvenirs...

    Mais c'est, hélas, oublier facilement le système bureaucratique qui tient sous sa coupe le peuple algérien depuis l'indépendance, et qui, au nom de la sacro-sainte « sécurité », verrouille toute initiative individuelle, contrôle et entrave les liens directs qui pourraient s'établir. Pourtant que peut-on rêver de mieux que la rencontre entre les enfants de ce même pays, qui y ont grandi sous le même soleil maintenant que les différences sociales n'existent plus, que le temps a assoupi la haine, que la guerre est finie depuis plus de cinquante ans...

    Viendra-t-il un jour le temps de la Paix ?...

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

    « Je voulais leur dire mon amour » de Jean-Noël Pancrazi aux éditions Gallimard

  • Communiqué S.I.A. rectifié...

    Information – Débat

     

    Le samedi 24 mars 2018

     

    Solidarité et antifascisme

     

    à partir de 13 h 30 à la Chapelle, 36 rue Danielle Cazanova Toulouse

    (métro Compans-Caffarelli / Jeanne d'arc)

     

    organisé par Solidarité Internationale Antifasciste (S.I.A.)

    Mail : sia-toulouse@riseup.net

    Site : solidariteinternationaleantifasciste.wordpress.com

     

    Au programme /

    S.I.A. : Histoire et actualité

    Avec

    Valentin Fremonti

    Placer Marey-Thibon

    Jean Sermet

     

    Antifascisme : Passé et présent

    Par

    Yves Coleman

    (mondialisme.org)

     

    Lecture de textes et poésies

     

    Chants de la République espagnole avec El Comunero

     

    Librairie

    Bar et petite restauration

    Entrée libre

  • Information – Débat

     

     

    Le samedi 20 mars 2018

     

    Solidarité et antifascisme

     

    à partir de 13 h 30 à la Chapelle, 36 rue Danielle Cazanova Toulouse

    (métro Compans-Caffarelli / Jeanne d'arc)

     

    organisé par Solidarité Internationale Antifasciste (S.I.A.)

    Mail : sia-toulouse@riseup.net

    Site : solidariteinternationaleantifasciste.wordpress.com

     

    Au programme /

    S.I.A. : Histoire et actualité

    Avec

    Valentin Fremonti

    Placer Marey-Thibon

    Jean Sermet

     

    Antifascisme : Passé et présent

    Par

    Yves Coleman

    (mondialisme.org)

     

    Lecture de textes et poésies

     

    Chants de la République espagnole avec El Comunero

     

    Librairie

    Bar et petite restauration

     

    Entrée libre

  • Communiqué RESF Montauban

    Bonjour toutes et tous

    le réseau éducation sans frontières 82 essaie, autant que faire se peut, d'accompagner les familles avec enfants. Nous avons dû prendre en charge des frais inhabituels : assurance logements (mise à l'abri de familles à la rue), soins paramédicaux réguliers pour un enfant. De ce fait le budget de RESF82 est aujourd'hui à 0.

    Si nous voulons continuer à aider les familles (paiement cantine, soins, charges appartement, vie quotidienne) il  faudra pour 2018,, au minimum et en fonction des besoins qui apparaitront:

    cantine : 1200 euros pour 6 enfants

    charges appartements et vie quotidienne : 2000 euros

    soins paramédicaux : 500 euros (110 euros/mois en moyenne)

    Soit un total d'environ 4000 euros à trouver pour l'année, 400 euros par mois.

    Faire circuler cet appel à dons, seule possibilité pour aider des familles en grande vulnérabilité

    Chèques à l'ordre de Sylvie Pralong

    à envoyer à RESF82 821 rue du ramiérou 82000 Montauban

    MERCI !



     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu