Avertir le modérateur

Il est des morts qu'il faut qu'on tue...

 

 

A la fin du 19 ème siècle. En ce temps là, Paris est une guerre civile. An ce temps là, on invente le terme »racisme », l'expression « socialisme national » et le slogan «  La France aux Français ». Les scandales fleurissent. Les attentats anarchistes se multiplient. Les nationalistes préparent un coup d'Etat. La République vacille. Bientôt l'affaire Dreyfus cristallisera toutes les passions. Romain Delorme est jeune et audacieux. Son mentor, l'ex-préfet de police Andrieux, un deus ex machina proche de Clémenceau, a fait de lui son agent au coeur du mouvement antisémite.

Romain est devenu l'ami du marquis de Morès, redoutable duéliste, de ses gardes du corps, les terribles bouchers de la Villette, de Jules Guérin -dont le journal « L'Antijuif » et l'épisode du fort Chabrol immortalisera le nom- , et d'Edouard Drumont, l'auteur de « La France juive » , qui dans les colonnes de « La Libre parole », exalte la haine des Juifs. Il devra feindre, ruser, prendre des risques inouïs avant d'être mêlé à une affaire insensée autant qu'incroyable, l'assassinat d'Emile Zola, et de découvrir le secret de ses propres origines.

De la Commune de Paris à la Libération, un roman noir historique à la documentation impressionnante. Palpitant...

 

« Il est des morts qu'il faut qu'on tue » de Roger Martin aux éditions Cherche Midi.

 

Communiqué de presse de l'éditeur.

 

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu