Avertir le modérateur

  • Entre frères de sang...

     

     

     

     

     

    Dans le Berlin des années 30, après la défaite de 1918, le prolétariat allemand subit la dure loi des vaincus. La jeunesse sans travail ni avenir survit des expédients habituels de la misère. Entre prostitution et petit larcins, les enfants de la République de Weimar, surtout les moins nantis, ceux issus des bagnes de l'assistance publique, évoluent en bandes fraternelles dans une cour des miracles où la satisfaction de leur faim est le principal souci. La description de la situation sociale de l'Allemagne par Ernst Haffner dans son livre publié en 1932, puis interdit et publiquement brulé par le régime nazi, aujourd'hui réédité aux Presses de la Cité, est captivante et se lit d'un trait, tant l'évocation de cette jeunesse sans repères, victime de l'inefficacité de la prise en charge des services éducatifs et de l'inégalité entre possédants et précaires, nous renvoie à notre réalité quotidienne. La solidarité qui permettait à Jonny et à ses frères de sang de survivre existerait-elle encore aujourd'hui dans le cas d'un pareil désastre ?...

     

     

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

     

     

    « Entre frères de sang » de Ernst Haffner traduit de l'Allemand par Corinna Gepner et publié aux éditions des Presses de la Cité.

     

  • Madeleine Vernet...

     

     

     

     

     

    Qui connait encore l'œuvre militante de Madeleine Vernet ? Qui connait encore l'orphelinat libertaire de Neuilly-Plaisance puis d'Epône (1906-1922) en région parisienne, pensé, animé, géré pour accueillir les enfants orphelins du prolétariat afin qu'ils ne tombent pas entre les mains des cléricaux et autres autoritaires. En d'autres termes, afin de leur éviter le « bagne » et la morale des biens pensants en plus du malheur d'être orphelins. Orphelinat qui militait pour garantir l'avenir social des enfants de la classe ouvrière. Avenir social entendu en libertaire qu'était Madeleine Vernet, c'est à dire respectueux des individus et de leur devenir. Néanmoins, elle œuvrait afin que chacun d'entre eux ait conscience de la « science de son malheur » pour qu'il s'engage, une fois adulte, dans le combat pour l'émancipation sociale.

     

    Madeleine Vernet, éducatrice libertaire, féministe à sa manière, pacifiste acharnée, cette graine d'Ananar vise à lui redonner la place qui est la sienne aux côtés de Robin, Faure, Ferrer et de quelques autres.

     

     

     

    « Madeleine Vernet » de Hugues Lenoir aux éditions du Monde Libertaire collection Graine d'Ananar.

     

     

     

    Communiqué de presse fourni par l'éditeur.

     

  • Désobéir au colonialisme...

     

     

     

     

     

    Le collectif des Désobéissants vient de publier aux éditions Le passager clandestin un intéressant fascicule consacré au colonialisme depuis ses origines et à la façon de le combattre aujourd'hui. Très documenté et de lecture aisée, ce texte revient sur l'histoire de l'oppression depuis l'esclavage négrier jusqu'aux luttes actuelles. Il propose de même des pistes d'actions, des traditionnelles aux plus modernes. Il constitue donc un outil indispensable pour comprendre pourquoi et comment il est temps d'entrer en résistance contre le retour des vieux démons. Seul bémol à ces analyses pertinentes, peut-on mettre sur le même niveau, traiter de façon identique le peuple palestinien écrasé par l'état sioniste et l'arrivisme notoire de féodaux en quête de pouvoir, l'implication humanitaire des anciens combattants d'Algérie contre la guerre et le folklore nostalgique de quelques nationalistes en mal de nouvelles frontières ?. Le débat est ouvert...

     

     

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

     

     

    « Désobéir au colonialisme » par le collectif Les Désobéissants aux éditions Le passager clandestin.

     

  • Vingt-cinq mois dans le S.T.O.

     

     

     

     

     

    Ils avaient 20 ans, parfois plus. Pour palier à l'hécatombe de la jeunesse allemande sur le front de l'Est, le régime nazi avec la bénédiction de Laval, décida en Mars 43 la Création du Service du Travail Obligatoire (STO), l'encouragement à la « relève » et l'appel au volontariat s'étant avéré un véritable fiasco. Parmi ces requis, le Millavois Clément Fabre fut expédié dans l'Allemagne du nord, au bord de la Baltique. Il y passera deux ans de sa vie. Dans son livre mis en forme aujourd'hui par ses enfants et publié aux éditions toulousaines Mélibée, il raconte son parcours depuis Avril 1943 jusqu'à sa libération 25 mois plus tard.

     

    La pression sur les familles, le départ encadré par la gendarmerie française, le travail forcé dans les usines d'armement, la tentation du sabotage et parfois sa mise en œuvre, les menaces de répression et souvent leur application, les permissions promises et jamais accordées, la promiscuité, les poux, la faim, les alertes et les bombardements alliés détruisant les baraquements mais épargnant les usines, mais aussi la découverte d'un autre monde et les moments de solidarité, tous les épisodes d'une vie de victime difficilement reconnue à la Libération. En effet la réquisition des travailleurs était très souvent assimilée à du volontariat, la plupart du temps par des embusqués ayant beaucoup à se faire pardonner, et l'obtention du statut de Déporté du Travail fut le fruit d'un âpre combat. Toutes ses situations, tous ces événements, tous ces états d'âme se calquent à la perfection avec les souvenirs de mon père, « esclave » dans la Ruhr, de l'Allemagne nazie et de ces complices français et dont mon enfance fut bercée, afin disait-il justement de ne pas oublier ce que fut leur sacrifice...

     

     

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

     

     

    « Vingt-cinq mois dans le S.T.O. » de Clément Fabre aux éditions Mélibée.

     

  • Deux Révolutions...

     

     

     

     

     

    Si le XX ème siècle fut dominé par la trajectoire de la Révolution russe, le XXI ème sera façonné par les conséquences de la Révolution chinoise. L'état soviétique, né de la première guerre mondiale, vainqueur de la seconde, vaincu dans la copie refroidie de la troisième, se décomposa après sept décennies sans grand fracas. Le contraste avec les résultat de la Révolution chinoise est saisissant. Courtisé par ses anciens ennemis tout autant que par ses alliés, l'empire du milieu est désormais une puissance dont la présence s'étend sur tous les continents.

     

    « Deux Révolutions, la Chine populaire au miroir de l'URSS » suivi de « Du parti et de ses succès » traduit de l'Anglais par Cécile Arnaud.

     

    Les auteurs : Perry Anderson historien britannique et Wang Chaohua intellectuelle dissidente chinoise publié par les Editions Agone collection Contre-Feux.

     

     

     

    Communiqué de presse fourni par l'éditeur.

     

  • Communiqué

    Vedette

     

     

    APPEL à OCCUPATION JOUR et NUIT devant le CG81 à Albi!

    Mardi matin nous avons été expulsés manu militari, coups de matraque, coups de pied des locaux du Conseil Général du Tarn. Des grévistes de la faim -depuis le 27 août- ont été malmenés. Aucune réponse à la demande de MORATOIRE ni de DIALOGUE.

    Depuis mardi 13h nous occupons le trottoir devant le CG et comptons y rester pour sauver le Testet de la destruction en cours. ça fait 2 Nuits et 2 Jours et on tient BON!! Ambiance solidaire et gand soutien des passants en journée, pas (encore) d’emmerdes la nuit.

    Ce matin JEUDI une cabane et un hamacs sont perchés tout en haut d’un platane sur structure en palette. Accrochée à la cabane une banderolle ZAD PARTOUT !! très visible. Toujours les panneaux "un coup de klaxon contre le barrage" qui donnent excellent résultats sonores, ça génère de l’ambiance sur le boulevard face au CG 81.

    Venez NOMBREUX nous rejoindre de tous les coins de France et d’ailleurs, ce combat est le votre, celui de la planète, celui de l’argent public extoqué par des bétonneurs, c’est le combat de la vraie democratie. La consultation publique pour ce barrage a donné majoritairement des avis CONTRE LE BARRAGE.

    Amenez tentes, duvets, hamacs, nourriture, eau et bonne humeur. Tout support pour créer nouvelles banderolles bienvenu, ainsi qu’instruments de musique – par exemple.

    Quand vous venez nous rejoindre voici les tél pour vous guider dans Albi ou vous donner infos sur l’occupation en cours : 06 19 03 13 70 ou  06 81 06 31 00

    S.Royale est sa mission de "dialogue" ou sont-ils??? Les machines continuent de massacrer la forêt par manque de militants et de témoins. Les médias ne sont jamais là quand on se fait latter et gazer.

    CE JEUDI 10 la mission "dialogue" ne fait cesser ni le bruit des tronçonneuses, ni le bruit des bottes sur la Zad. Depuis la nuit de mardi, les militaires se sont invités à la Zad, non seulement aux heures "ouvrables" mais aussi la nuit. Le pouvoir Saucialiste s’appuie sur les militaires et leurs exactions pour faire passer en force les projets les plus insensés, dont la destruction de la Zad du Testet. Une démocratie???

    Faisons-nous entendre, REJOIGNEZ-NOUS!! OCCUPONS DEVANT LE CG 81,  NOUS Y SOMMES VISIBLES. RESISTANCE !!!

    LA ZAD DU TESTET C’EST MAINTENANT OU JAMAIS!!!!!

    RAPPEL : Numéro d’infoZad a changé, le précedant téléphone perdu suite à gazage sur la zone hier mercredi et dans des mains douteuses désormais; NOUVEAU NUMERO INFOZAD : 06 48 64 04 22

     

    Publié dans Évenements / Actions, Infos générales | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Réponses

     

    [Mercredi 10 septembre] Bilan de la journée

    Vedette

    Encore des machines sur le site aujourd’hui. Encore des comportements dangereux des conducteurs d’engins: un arbre avec un grimpeur dessus a été saisi par la pince d’un engin d’arrachage qui s’est ensuite dégagé : on a évité le drame ! (NB : ils ont aussi emporté une ligne électrique en manoeuvrant).

    Tirs de flashball à qques mètres et tirs tendus de lacrymos à GaZad (campement au niveau du gué bétonné sur le Tescou, près du pont du GR). Pas mal d’affaires persos détruites (brulées…pourquoi faire compliquer…) au chapiteau. Certaines machines dorment désormais sur le site sous protection policière. Les flics sont un peu nerveux la nuit, on les comprend ! Il nous faut des ninjas-zadistes.

    Les experts de Royal débarquent demain : le collectif Testet, France Nature Environnement et la Conf’ Paysanne ont demandé à ce que les travaux cessent durant leurs 2 journées de visite dans le Tarn. On verra demain ce qu’il advient. On ne sait pas encore s’ils viendront sur le terrain.

    Pas mal d’activités sur le plan juridique en ce moment, voir le communiqué de France Nature Environnement qui fait le point sur les recours et surtout une nouvelle bombe qui risque de faire mail à la CACG (si la Justice fait son boulot)

    Les copains qui ont exporté la ZAD devant le Conseil Général à Albi vont bien : la solidarité locale s’organise et les contacts avec la population sont bons. N’hésitez pas à passer du temps avec eux voire à dormir là-bas !

    Il y aura vraissemblablement un nouveau rassemblement sur le site dimanche prochain…

     
  • Nouvelles du front...

    La résistance sur la zone humide du Testet

    Nous sommes arrivés dimanche avec des amis sur la zone du Testet après plus de 3 heures de route répondant ainsi à l'appel lancé sur les réseaux sociaux. A cette occasion nous avons pris connaissance du dossier (et de l'état du saccage) ainsi que du mot d'ordre lancé par José Bové (bien que ce ne soit pas forcément ma tasse de thé) : sabotage et désobéissance civile (en refusant notamment de payer nos impôts utilisés sur des projets qui nous desservent et profitent d'abord aux intérêts privés).

    Imaginez un paysage bucolique, entouré de collines aux teintes verdoyantes, où serpente au gré des prairies et des sous bois, une petite rivière. Une belle métairie abandonnée, en briques et en pisée, propriété du Conseil Général, parfait le tableau... Mais... En écoutant on apprend que le four à pain qui avait été remonté par les jeunes qui occupent et défendent ces terres et la forêt de Sivens, a été démoli par les forces de l'ordre... Puis en s'approchant d'un lieu nommé les "Bouilles", on tombe sur un paysage lunaire qui annonce le début de la destruction programmée de la forêt... Un trou béant à travers bois, les machines mécaniques ont comme avalé et digéré cette partie de la forêt... Il ne reste rien ... Que de la désolation... Plus un seul brin d'herbe... Un sol argileux défoncé qui laisse apparaître ici et là des moignons de feu nos amis les arbres...Et ce n'est qu'un début...

    Puisqu'il faut tout raser, détruire pour permettre la construction d'un barrage qui mettra 4 ans à se remplir (et quelques mois à se vider) grâce à la toute petite rivière qui circule...  Barrage qui servira à irriguer des champs immenses de maïs... Au nom (dissimulé) de l'agriculture intensive, spéculative et polluante...

    Au nom d'un président de Conseil Général, socialiste et cumulard sur la durée (encore un spécialiste du genre), on privilégie l'intérêt d'une vingtaine de gros exploitants au détriment du bien commun (la terre, la forêt, l'eau).

    Et pourtant des recours en justice sont en cours... Mais plutôt que d'attendre le résultat de la justice, le président du conseil général du Tarn préfère passer en force. La stratégie du "fait accompli", très courant actuellement chez les "politiciens" (qui n'ont plus rien de politiques) locaux, révélant au passage le peu de cas qu'ils font de notre justice et de notre état de droit... Ce sont les pires offenseurs de notre Démocratie et de notre République...

    Le plus grave dans cette histoire c'est cet hélicoptère qui n'a cessé de survoler dimanche les citoyennes et citoyens réunis dans la belle prairie pour trouver les moyens d'arrêter ce désastre environnemental, comme s'ils n'étaient que de dangereux malfaiteurs...

    Plus grave encore ce sont ces gardes mobiles qui ont été déployés lundi sur le site pour permettre aux machines de pénétrer et continuer la sale besogne de destruction massive et de servir les intérêts d'une minorité destructrice muée par l'appât du gain sans se soucier des lendemains qu'elle pousse à déchanter...

    Plus grave encore c'est ce service des forces de l'ordre payés par notre caisse commune et solidaire (du moins de ce qu'il en reste), nos impôts,  pour nous taper dessus femmes et hommes, jeunes, vieux et moins vieux...Alors que nous défendons le bien commun...

    Plus grave encore et quelle honte (!) ce sont ces mots d'ordre du préfet (reçus de qui?) ordonnant aux forces de l'ordre de forcer et piétiner les barrages... barrages de voitures et de tracteurs, barrages de corps humains enterrés... Et partout la violence policière cède au dialogue citoyen...

    Jusqu'en début d'après midi nous avons cru à une avancée, à un répit gagné pour la forêt... Mais la bêtise n'a pas de limite et c'est dans l'après midi que la charge a eu lieu et que les machines ont continué...

    Quel gâchis mesdames et messieurs les socialistes ... Après Notre Dame des Landes, vous continuez à tabasser votre jeunesse pour défendre les intérêts de quelques uns...

    Ces jeunes sincères dans leur combat, qui n'ont que leur corps et leur courage pour défier vos instincts destructeurs... Ces jeunes qui ont compris que notre seul voie de survie c'est de préserver la terre qui nous nourrit... Il semble que vous ne voulez pas de ces jeunes, amoureux de la forêt et des cours d'eau, qui refusent d'être de simples consommateurs et spectateurs d'une vie de plus en plus virtuelle...

    Vous préférez sans doute ceux qui partent à la City, ou encore ces ingénieurs sans génie qui travaillent quotidiennement à perfectionner et mettre au point, des armes qui permettront de tuer l'autre, ou encore de mieux nous contraindre, des machines aussi, celles qui permettent de dévorer, avaler les forêts...

    Vous pariez peut-être sur un jour où ils nous construirons des machines qui remplaceront les arbres et nous permettront de respirer, des machines ou autres formules scientifiques qui nous fourniront de l'eau sans l'aide des nuages et des rivières...

    Vous faites le pari fou de la mort contre celui de la vie... Il est temps pour vous de laisser votre place... Et à nous de redonner sens à la vie en société en lien les uns avec les autres et avec la nature...

    Face à l'appel des habitants du coin et des jeunes, nous sommes restés lundi pour aider à faire barrage...Mais il nous fallait rentrer le soir...

    ILS ONT BESOIN DE MONDE SUR PLACE et de relais... Faisons marcher à plein les canaux de la solidarité...

     http://www.collectif-testet.org/

     http://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/

    Un article de journalistes qui racontent en détails et très justement ce qui se passe depuis lundi  : http://www.reporterre.net/spip.php?article6275

    Des vidéos qui montrent la violence qui s'abat sur les opposants à la destruction :  http://www.networkvisio.com/barrage-de-sivens-tarn/tv-zad-du-barrage-de-sivens-dans-le-tarn-les-opposants-malmene.html?vod=9788

    Texte publié sur le site de Médiapart

     
  • La République universelle...

     

     

     

     

     

    Philosophe athée, précurseur de l'internationalisme, Anacharsis Cloots fut un tribun révolutionnaire qui paya de sa tête son affrontement à Robespierre, son amour de la Liberté et l'abomination qu'il vouait aux tyrans. Contre les obscurantistes de son temps il opposait les Lumières, contre les créationnistes il croyait en un monde infini, il pensait globalité de l'univers et niait les races, il luttait contre toute forme de nationalisme et espérait une langue unique, il avait foi en l'Homme et adorait Paris... Les éditions L'Insomniaque viennent de rééditer les écrits de ce philanthrope du 18 ème siècle, pourtant si moderne à l'écoute d'une actualité où on n'évoque que guerres et partitions de pays et que des néo-féodaux issus d'une décentralisation des plus paradoxales imposent leurs lois au plus profond de nos campagnes...

     

    « Tant que nous aurons des voisin, et des armées, et des forteresses, notre existence sera précaire et incertaine, nous éprouverons de violents orages... »

     

    écrivait-il en Février 1792. Plus de de siècles plus tard, ce constat est hélas toujours d'actualité...

     

     

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

     

     

    « La République universelle » d'Anacharsis Cloots aux Editions L'Insomniaque.

     

     

     

  • Manifeste incertain...

     

     

     

     

     

    Agrémenté de pensées pertinentes et de nombreux dessins en noir et blanc très expressifs, le récit des vies croisées du philosophe juif allemand Walter Benjamin et du poète américain Ezra Pound nous est offert aujourd'hui par Frédéric Pajak aux éditions Noir sur Blanc. Qui y a-t-il de commun entre ces deux personnages, à première vue antagonistes, une victime du nazisme, l'autre laudateur mussolinien ? Rien sinon la souffrance de leur esprit tourmenté et le génie qui va avec, et surtout le fait qu'il traversent la même époque, ces terribles années 40 où la folie de l'homme s'est donnée libre cours. Il ne faisait décidément pas bon être un intellectuel en ces temps là... Souhaitons que l'avenir tout aussi incertain que ce manifeste, ne nous conduise à revivre une telle période, et surtout, gardons nous de succomber à la résignation et à l'oubli...

     

     

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

     

     

    « Manifeste incertain tome 3 / La mort de Walter Benjamin » de Frédéric Pajak aux éditions Noir sur Blanc.

     

  • La fleur au fusil...

     

     

     

     

     

    C'est ainsi qu'ils sont partis, le cœur léger et le sourire aux lèvres pour une promenade de santé qui devait les conduire en quelques jours vers la capitale de l'empire allemand. Jean Galtier-Boissière, étudiant bon vivant effectuant son service militaire à Paris est parmi ces jeunes français insouciants, il va apprendre en l'espace d'un mois que la guerre est loin d'être une partie de plaisir. Celui qui deviendra plus tard l'impertinent directeur du « Crapouillot », va progressivement quitter les gaités de l'escadron pour pénétrer dans l'hystérie meurtrière de la grande boucherie maintenant centenaire. Dans un livre réédité aujourd'hui par les éditions Vendémiaire, il nous fait partager le calvaire des poilus dans les premiers combats. D'offensives en retraites, confronté au feu, aux ordres contradictoires, à la faim, à la mort, pris entre les tirs des shrapnels prussiens et ceux des 75 amis qui souvent se trompent de cibles, l'auteur ne se départissant jamais de sa conscience et sa gouaille, apporte un témoignage des plus poignants et certainement des plus objectifs sur le déroulement de ces journées sanglantes. Galtier-Boissière fut un acteur du conflit, il fut aussi un grand journaliste qui contribua par ses analyses et les informations qu'il divulgua à révéler l'horreur et le pourquoi de cette guerre infâme où, comme l'écrivait Victor Hugo, poète visionnaire:

     

    « Pendant que vous pourrirez...

     

    Tout cela pour des altesses

     

    Qui, vous à peine enterré,

     

    Se feront des politesses... »

     

     

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

     

     

    « La fleur au fusil » de Jean Galtier-Boissière aux éditions Vendémiaire.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu