Avertir le modérateur

  • Soldats du Quercitain...

     

     

     

     

     

    Le Quercitain se situe bien loin de notre Quercy. Il s'agit d'une contrée aux confins du Nord et du Pas-de-Calais dont jusqu'ici j'ignorais l'existence. Pourtant des liens nous unissent, comme avec toutes les autres provinces, celui du sang versé par une génération de jeunes hommes partis en enfer aux temps des moissons. Chaque village possède son monument aux morts, témoignage du calvaire de ses enfants, bien peu affichent leur haine pour cette tuerie. Mais l'intérêt de se souvenir n'est-il pas aussi et surtout d'éviter à l'avenir que soient commis les mêmes crimes ? Le livre de Jean-Paul Briastre dédié à son grand-père et publié aux éditions Mon Petit Editeur participe à cette volonté en présentant de façon détaillée et illustrée de nombreuses photos, le parcours de quelques poilus des régiments du Nord. Puisse-t-il contribuer à transmettre un message de Paix afin qu'à jamais maudite soit la guerre...

     

     

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

     

     

    « Soldats du Quercitain » de Jean-Paul Briastre aux éditions Mon Petit Editeur

     

  • Attentat aérien contre le général Franco...

     

     

     

     

     

    Dès 1944, l'Europe se libère du joug nazi. En Espagne, Franco qui a eu l'intelligence de ne pas trop s'engager avec l'Allemagne et qui, à présent compose avec les Américains, tient toujours l'Espagne sous sa coupe et son pouvoir devient légitime avec la reconnaissance que lui offrent les vainqueurs. Ses opposants, impliqués dès le début dans la Résistance, ressentent la trahison et la tentative des guérilleros communistes d'envahir le Val d'Aran se solde par une cuisante déroute. Dans l'esprit des anarchistes du M.L.E. (Mouvement Libertaire Espagnol) germe alors l'idée d' un attentat contre la personne du caudillo. Il est prévu le 12 Septembre 1948, à San Sebastian, où Franco doit assister aux célèbres régates. Le moyen envisagé n'est pas ordinaire, il s'agit d'affréter un avion de tourisme et de larguer sur la casquette du tyran 140 kilos de bombes incendiaires et à fragmentation. La préparation, le déroulement et l'échec de l'opération sont détaillés et analysés dans un petit ouvrage écrit en 1993 par Antonio Téllez Sola spécialiste de la guerre civile espagnole et réédité par les éditions Albache. Ce projet qui à première vue pouvait paraître une pure folie, atteste de la volonté de lutte de ces libertaires espagnols qui n'ont jamais capitulé. Pour avoir partagé leurs espoirs, pour le savoir qu'ils nous ont transmis, pour l'affection fraternelle qu'ils nous ont donné, le rappel de cet événement relève d' une excellente initiative...

     

     

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

     

     

    « Attentat aérien contre le général Franco » d'Antonio Téllez Sola aux éditions Albache

     

  • Ils ne sont pas passés !...

     

     

     

     

     

    Certes, mais à quel prix... D'un manuscrit resté longtemps anonyme, Eric Lafourcade en a fait un livre qu'il peut aujourd'hui attribuer sans risque d'erreur à André Lucien Maurice Delattre soldat au 72 ème régiment d'infanterie d'Amiens et publié par la Société des Ecrivains. Durant les quatre années du conflit, sur tous les fronts, de la Meuse à l'Argonne, le poilu a tout subi. Les bombardements, les charges moutonnières à la baïonnette, l'enterrement dans les tranchées, la mort des copains, les poux, le bourrage de crane par la hiérarchie et son incompétence, les fusillés pour l'exemple, le mépris des embusqués, les combines des profiteurs, le froid, la médecine de guerre, la folie sanguinaire des armées des deux camps et même parfois quelques élans de résistance et de solidarité... Tout ce que la nature humaine peut produire était au menu de cet enfer. L'homme s'en est sorti malgré tout sans dommages, tout au moins dans son corps, et il a réussi à coucher sur papier les événements tragiques qu'il venait de vivre. Cette démarche lui aura certainement évité la folie car comment survivre mentalement à un tel tsunami, comment surtout conserver la clairvoyance qui lui fait écrire : « ...ma vie pendant plus de quatre ans fut celle de la plupart des fantassins, une vie sans gloire avec un seul espoir, la Paix !. On peut penser ce que l'on voudra de la guerre, une chose seule est certaine, c'est qu'elle n'offre aucun agrément pour ceux qui la font réellement et sont exposés aux dangers qu'elle comporte! Ceux-là n'ont aucun profit à retirer, tout ce qu'ils peuvent souhaiter, c'est d'en sortir indemne !. Les mêmes imbéciles , qui le 2 Août 1914 sont partis en guerre plein d'ardeur et d'enthousiasme, sont sans doute retournés chez eux en croyant qu'on allait les considérer comme des héros. Ils ont du être fort surpris quand ils se sont rendus compte du peu de cas qu'on faisait d'eux !... On leur a fait comprendre bien vite que la guerre était fini et qu'il était de mauvais ton de parler d'attaques et de tranchées devant des embusqués. »...

     

     

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

     

     

    « Ils ne sont pas passés ! » de André Lucien Maurice Delattre transcrit par Eric Lafoucade aux éditions de La société des Ecrivains.

     

  • Vous n'irez pas à l'école aujourd'hui...

     

     

     

     

    Car aujourd'hui, 6 Juin 1944, c'est jour de débarquement en Normandie. Pascal Lelièvre dans son premier roman publié chez Mon petit éditeur raconte un épisode de sa vie familiale. Après la guerre que le père évitera de justesse pour raison de progéniture nombreuse et les restrictions que la mère s'évertuera à adoucir tout en refusant de se soumettre à la fatalité ambiante, les bombardements alliés sur Saint-Lô conduiront les Lelièvre sur les chemins de l'exode et les amèneront à croiser des personnages divers confrontés eux aussi à ces événements tragiques. Le texte facile à lire en fait un excellent outil d'apprentissage pour les jeunes lecteurs et peut les inciter à la curiosité en interrogeant leurs grands parents, afin de connaître à leur tour l'histoire de leurs origines...

     

     

     

    Henri Cazales / Radio-Asso;

     

     

     

    « Vous n'irez pas à l'école aujourd'hui » de Pascal Lelièvre chez Mon petit éditeur.

     

  • Le captivé...

     

     

     

     

     

    Captivé mais certainement pas captif, sauf de la maladie du voyage, et parfois aussi par l'emprisonnement dans les pays où le mènera son errance. Albert Dadas était atteint d'une rare pathologie, l'hystérie somnambulique. A la suite d'une chute sur la tête lorsqu'il était enfant, des crises d'angoisse et de violents maux de tête survenaient. Il perdait conscience et se mettait alors en route, ne se réveillant qu'à son arrivée dans un lieu inconnu, parfois à plusieurs milliers de kilomètres de Bordeaux son port d'attache. Lors d'une consultation, il rencontre le docteur Philippe Tissié qui le traitera par l'hypnose. Leurs vies seront dorénavant et à jamais liées... C'est le récit incroyable de la rencontre de ces deux hommes que nous content Christophe Dabitch et Christian Durieux dans leur bande dessinée publiée aux éditions Futuropolis. Le fugueur et le médecin cycliste, une histoire qui donne envie de partir...

     

     

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

     

     

    « Le captivé » de Christophe Dabitch et Christian Durieux aux éditions Futuropolis.

     

  • Tulle, enquête sur un massacre...

     

     

     

     

    Le village martyr d'Oradour sur Glane, internationalement connu comme victime de la barbarie nazi, a-t-il occulté les souffrances de la ville voisine de Tulle ? Si oui pourquoi ? Qui porte la responsabilité des massacres commis au sein de la capitale corrèzienne le 9 Juin 1944 ? Voici à peut-près le fil conducteur du livre de Fabrice Grenard spécialiste des maquis publié aux Editions Tallandier en ce printemps du 70 ème anniversaire de ces tragiques événements . Au lendemain du débarquement allié en Normandie, et suite à l'appel à l'insurrection nationale du Général de Gaulle, les maquis FTP de Corrèze attaquent la garnison allemande de Tulle. Après deux jours de combats acharnés et devant les renforts venus au secours des troupes d'occupation, ils se replient laissant la ville à la merci de la plus sanguinaire des unités nazie, la division SS Das Reich, plus préoccupée par la répression des Résistants que de repousser à la mer les forces anglo-américaines. Les SS appliqueront à Tulle les méthodes criminelles qui furent déjà les leurs sur le front de l'est, terreur sur la population, prises d'otages, exécutions par pendaison. 99 habitants sélectionnés sur des critères des plus arbitraires périront ainsi publiquement, 149 seront déportés vers le camp de Dachau, 101 y laisseront leur vie. Parce que le sang des innocents a toujours tendance à sécher trop vite et que la vie et les affaires doivent reprendre leur cours, les assassins ne seront que légèrement punis, pas tous encore puisque le général boucher Lammerding finira sa vie dans son lit sans avoir comparu devant aucun tribunal. Les luttes politiques de la Libération contribueront à obscurcir un peu plus le sinistre tableau et la responsabilité des résistants communistes sera paradoxalement évoquée, ceux-ci étant accusé d'aventurisme militaire ayant entrainé la répression... Drôle de façon d'appréhender les choses... Heureusement il reste encore quelques survivants, et des historiens sérieux...

     

     

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

     

     

    « Tulle, enquête sur un massacre, 9 Juin 1944 » de Fabrice Grenard préfacé par Emmanuel Amara aux Editions Tallandier.

     

  • Mourir à Bertrix...

     

     

     

     

     

    Très tôt dans mon histoire, le nom de Bertrix a résonné à mes oreilles d'enfant. Ma grand-mère y faisait souvent référence lorsqu'il lui venait une pensée émue pour son jeune frère Etienne qui y avait été porté « disparu » en ce sinistre 22 Août 1914. Incorporé à 24 ans dans un des régiments du midi, il fera partie de ces 30000 sacrifiés qui y découvriront les horreurs de la guerre et l'incompétence meurtrière d'un commandement qui n'a rien compris à la conduite d'un conflit moderne. En cette année de centenaire tout semblait avoir été dit et écrit sur la grande boucherie, pourtant le livre de Laurent Ségalant publié aux Editions Privat trouve tout à fait sa place parmi les ouvrages qui y sont consacrés car il traite avec une précision chirurgicale des combats en Ardenne belge, de l'engagement des troupes, des massacres et propose les témoignages émouvants des rescapés des deux camps. Pour se dédouaner de ses crimes, la hiérarchie militaire aurait déclaré à la famille du paysan-soldat Etienne Dauch natif de Cordes-Tolosannes que leur fils serait tombé en criant : »En avant ! »... Peut-être a-t-il croisé la camarde d'une balle égarée tirée par on sait qui, surpris que pour lui la vie fut si courte...

     

     

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

     

     

    « Mourir à Bertrix, le sacrifice des régiments du Sud-Ouest «  de Laurent Ségalant aux Editions Privat

     

  • L'érotisme arabe...

     

     

     

     

    L'art d'aimer d'Ovide, le Kama-Soutra indien, le cantique des cantiques font référence dans les écrits érotiques de l'humanité. Les contes des mille et une nuits, expurgés par la censure bien pensante de l'occident chrétien ne donne qu'un minuscule aperçu de la littérature orientale en matière de pratiques amoureuses. La littérature érotique du monde musulman regorge pourtant de richesses pour qui veut s'y pencher un peu dessus. Malek Chebel, philosophe et spécialiste du monde arabe, nous offre aujourd'hui un ouvrage édité chez Robert Laffont, riche en extraits et citations des grands écrivains et poètes experts en érotologie traditionnelle. Voici un livre de sagesse et de volupté, un véritable aphrodisiaque dont il ne faut pas se priver, nus sur la plage au grand soleil d'été. Tant pis si cela dérange quelques intégristes coincés, tant mieux si quelques exercices proposés peuvent ensoleiller notre vie...

     

     

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

     

     

    « L'érotisme arabe » de Malek Chebel aux éditions Robert Laffont.

     

  • La semaine sanglante de la Commune de Paris...

     

     

     

     

     

    Entre le 21 et le 28 mai 1871, sous le regard bienveillant des troupe d'occupation prussiennes, Paris connait un des plus importants carnages de son histoire depuis la nuit de la St Barthélémy. Plus de 20000 morts, près de 40000 prisonniers dont de nombreux déportés vers les bagnes coloniaux. L'armée versaillaise d'Adolphe Thiers a massacré sans aucune pitié le peuple ouvrier de la capitale dans l'espoir d'éteindre à jamais son esprit de révolte. Le dessinateur Eloi Valat en complicité avec Marie-Hélène Roques, historienne, spécialiste de Jules Vallès, viennent de publier aux éditions Bleu Autour un ouvrage où des illustrations au graphisme moderne mais néanmoins expressif s'harmonisent avec des textes d'époque, documents d'archives émouvants, sinistres rapports de police et incontournables lettres de dénonciations... la Commune de Paris reste l'épisode le plus marquant dans l'histoire moderne du mouvement révolutionnaire français. Elle est un des rares moments, avec la révolution espagnole de 1936, a avoir démontré que le prolétariat avait la capacité de s'auto-organiser, expérience impardonnable pour tous les charognards dont la survie dépend de sa soumission à l'ordre établi... Ce livre est une piqure de rappel, et par les temps qui courent nous en avons bien besoin...

     

     

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

     

     

    « La semaine sanglante de la Commune de Paris » d'Eloi Valat avec Marie-Hélène Roques aux éditions Bleu autour

     

  • Le roman de Louise...

     

     

     

     

     

    La vie de Louise Michel fut en effet un vrai roman. Mais certainement pas une de ces bluettes à l'eau de rose, garnissant les étagères d'une chambre de petite fille modèle. Enfant rebelle et curieuse de tout, Louise aime sa mère, l'écriture et Victor Hugo avec qui elle entretient très jeune une correspondance. La société inégalitaire du second empire la révolte et dès que cela lui sera possible elle part à Paris exercer son métier d'institutrice, un véritable apostolat. La rencontre avec la Révolution est inévitable et elle adhère sans la moindre hésitation aux idées libertaires. La Commune de Paris éclate au lendemain de la défaite de Sedan. Les Parisiens refusent la fatalité et la trahison des élites politiques qui, comme ils pratiqueront soixante ans plus tard, choisissent l'occupation et la paix offerte par l'empereur prussien plutôt que la Résistance. La répression versaillaise sera sans pitié, Louise échappera à la mort pour connaître la relégation en Nouvelle-Calédonie. Mais la foi dans un avenir meilleur ne l'a pas abandonnée. Elle aimera le peuple Canaque et échangera avec lui savoir et espérances. Amnistiée avec ses compagnons et de retour en France, son combat se poursuit et elle connait à nouveau la prison. Louise l'Insoumise sera de tous les engagements jusqu'à ce jour de 1905 où elle s'éteindra à Marseille. Cette existence exceptionnelle est bien connue tant sont les écrits la relatant. Henri Gougaud, écrivain, chanteur, dans un ouvrage publié chez Albin-Michel y va aujourd'hui de sa plume de poète conteur pour nous dire toute l'affection qu'il porte, que nous sommes nombreux à porter, à celle que l'on nomma la Vierge Rouge, cette émancipatrice, pionnière d'un féminisme authentique bien éloigné de celui qui fait aujourd'hui réclamer la procréation médicalisée aux filles de celles qui revendiquaient hier le droit de disposer librement de leur corps...

     

     

     

    Henri Cazales / Radio-Asso.

     

     

     

    « Le roman de Louise » d'Henri Gougaud aux éditions Albin-Michel

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu